Administratif

Est-ce qu’on peut travailler en France avec un visa de long séjour ?

Dans l’espace Schengen et particulièrement en France, il existe plusieurs visas selon les objectifs de demande. Parmi ces documents permettant de séjourner dans un pays, on a le visa de long séjour. Qu’est-ce qu’un étranger détenteur de ce visa peut-il faire en France ? Pourra-t-il travailler et vivre comme il le veut ? Découvrez les réponses dans cet article.

Que peut-on faire avec un visa de long séjour en France ?

Un visa de long séjour vous permet de résider, de travailler, d’étudier ou de participer à des recherches dans un État Schengen. Par conséquent, le visa de long séjour vaut titre de séjour étudiant et la carte de séjour étudiant. Cela permet à son titulaire de mener n’importe quelle activité professionnelle dans la limite de 964 heures/an. Toute personne qui va passer plus de 90 jours dans l’un des 26 pays doit être en possession d’un tel visa. Cela est valable, pour l’une des raisons mentionnées ci-dessus.

A voir aussi : Où faire une demande d’ESTA ?

Cette période vaut 60 % de la durée annuelle légale du travail. Par ailleurs, il est possible de travailler chez n’importe quel employeur en France métropolitaine. Les titulaires de ce type de visa sont : soumis à certaines restrictions lorsqu’ils se rendent dans d’autres pays Schengen. Bien qu’ils puissent voyager sur leur territoire, ils sont toujours, soumis à la restriction de 90 jours tous les six mois. C’est l’équivalent de 180 jours pour les séjours en dehors de l’État qui a délivré le visa.

A voir aussi : Quels sont les documents pour partir en République Dominicaine ?

Que faut-il prendre en compte pour les voyages professionnels ?

Les voyages pour raisons professionnelles d’une durée maximale de 90 jours nécessitent un visa de court séjour. La demande s’effectue en présentant les mêmes documents que pour un visa touristique. Il s’agit d’un formulaire officiel dûment rempli et une copie d’un passeport en cours de validité avec deux photos. Vous devez aussi fournir un billet de retour prouvant l’intention de retourner dans le pays d’origine et une preuve d’hébergement. On ajoute la preuve de moyens financiers suffisants pour payer la totalité du séjour et une preuve d’assurance maladie.

Il y a une principale différence entre un visa de type C pour les voyages d’agrément et un visa de travail. En effet, dans ce dernier cas, une lettre d’invitation doit également être jointe, ainsi que les documents mentionnés au paragraphe précédent. Ce document doit être envoyé à l’ambassade ou au consulat compétent par l’entreprise qui a invité le demandeur de visa. L’entreprise au nom de laquelle il exercera une activité professionnelle pendant son séjour peut faire la demande.

Article similaire